Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


L'IMPORTANCE D'ETRE SERIEUX

Publié par Le BLOG de Fabien LIZE sur 15 Juillet 2013, 18:37pm

Catégories : #culture

 

L’importance d’être sérieux

 

Le 2 juillet dernier je suis allé voir, invité par Claude AUFAURE (voir l’entretien du blog du 19 mai), la pièce d’Oscar Wilde « l’importance d’être Sérieux » (la majuscule est volontaire de ma part !)

En voici donc ma petite critique.

 

Au début était le texte…Ici celui d’Oscar WILDE datant de la fin du 19ème siècle. On a coutume de dire que cette pièce est une critique de l’ère Victorienne en Angleterre mais pour moi c’est plus que cela. Le propos de la pièce est universel ; La jeunesse est le symbole de la liberté sous toutes ses formes et pourquoi ne la laisserait on pas s’exprimer à partir du moment où elle n’entrave pas de façon dangereuse la vie de ceux qui se cachent derrière une bienséance aristocratique et qui commettent souvent bien pire qu’un certain « irrespect ». La pièce de Wilde est extrêmement bien écrite. Elle est drôle et subtile mais également assez provocatrice pour l’époque.

La traduction actuelle, pour ces représentations au théâtre du Montparnasse, respecte parfaitement l’esprit de WILDE. Je devrais dire son esprit et son état d’esprit! De ce point de vu le traducteur, Jean Marc BISSET, à fait un travail magnifique.

Puis la mise en scène de cette pièce est aussi sobre qu’efficace. Elle respecte le coté drôle du texte et de « l’intrigue » tout en y apportant une impertinence non feinte. Puis surtout elle évite le piège des acteurs en costume que l’on fait "surjouer" justement parce qu’ils portent des costumes ou à qui l’on demande de prendre un accent anglais pédant, parce que l’on est dans l’Angleterre Victorienne.

Comme dans la vie, le théâtre, même s’il existe le cadre d’une pièce, doit suggérer sans trop imposer. Le spectateur doit pouvoir garder sa « place active » et son imaginaire en éveil. En cela la présente mise en scène de Gilbert DESVEAUX est particulièrement réussie.

 

Pour qu’une pièce fonctionne, il faut également de bons acteurs et là, c’est vraiment le cas…

 

Armand DENIS dans le rôle d’Algernon, donne une réelle existence à son personnage de jeune aristocrate qui aime la vie et ses plaisirs et qui prend celle ci avec une certaine ironie que je qualifierai d’élégante. L’acteur est particulièrement juste.

 

Mathieu BISSON dans le rôle de Jack, ami d’Agernon mais qui deviendra son frère à la fin de la pièce (eh oui c’est cela les joies du théâtre) aime aussi la vie et ses plaisirs mais l’assume moins ou en tout cas éprouve plus de culpabilité que son ami à tromper son petit monde. Dans le rôle de Jack, Mathieu BISSON est d’un enthousiasme communicatif.

 

Claude AUFAURE, lui, interprète 2 personnages. Tout d’abord, Lady BRACKNELL, la tante d’Algernon et la mère de Gwendolen. C’est une aristocrate anglaise peu sympathique est quelque peu vénale. Le comédien dans ce rôle est « ébouriffant » ! Sa grande expérience  de la scène est là toute présente. On pourrait ici tomber dans la caricature. Eh bien non, c’est tout le contraire ! En effet Claude AUFAURE devient vraiment une vielle aristocrate anglaise jusque dans ces silences et ces regards qu’il jette comme des flèches aux autres personnages quand la situation de certaines scènes ne lui convient pas. Son personnage est très physique et si les spectateurs rient en le voyant apparaitre en femme, ce n’est pas forcement parce-que c’est  « juste drôle » mais plus précisément parce que c’est « drôlement juste ».

Le même acteur joue également le révérend père Chasuble, un curé assez libre qui cultive des jardins et se promène avec les dames de la haute société. Il est là beaucoup plus léger mais tout aussi sincère dans le jeu qu’en Lady BRACKNELL.

 

Maryline FONTAINE, joue Gwendolen, la fille de lady BRACKNELL. Elle aussi est très juste dans le rôle de la femme amoureuse qui a des principes aristocratiques mais qui serait vitre prête à faire « craquer le vernis » si sa vilaine mère ne veillait pas au grain pour un bon mariage.

 

Mathilde BISSON, joue Cecily, pupille de Jack. L’actrice a trouvé des attitudes physiques très justes pour jouer une ingénue qui ne le serait pas tout à fait. Son jeu est fin, tout en délicatesse. C’est l’âme pure de la pièce, enfin presque !

 

Emmanuel LE MIRE, interprète le valet, puis un jardinier. C’est un rôle plus modeste mais très efficace notamment dans la première partie ou l’on comprend qu’il y a une certaine connivence  entre lui et son employeur,  Algernon. Installer cette impression, ça aussi c’est fort dans un rôle assez court, en fait.

 

Margaret ZENOU, joue Prisme, le personnage par qui certaines révélations arrivent. C’est l’intellectuelle étourdie, la préceptrice…qui perd un sac et quel sac !!!   Mais chut ! Le personnage est drôle et sensible.

 

Bien sur pour réussir une pièce  comme celle-ci il fallait un bon costumier : Alain BLANCHOT. Puis les décors sont à mon gout somptueux aidés de très bons éclairages.

 

L’alchimie de tout cela est une vraie réussite…Oui je sais je n’ai rien dit sur « l’histoire » mais soit vous avez déjà vu la pièce (Elle vient malheureusement de se terminer au théâtre du Montparnasse), soit vous réviserez votre Oscar WILDE pendant les vacances parce que lire cette pièce et ce texte est également un vrai plaisir…  

Extrait de la pièce d'Oscar Wilde

L'IMPORTANCE D'ETRE SERIEUX

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents