Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


PETITES CRITIQUES ! C'EST DU CINEMA!

Publié par moeb sur 27 Octobre 2010, 15:42pm

Catégories : #culture

affiche-1-medium

 

Je souhaite ici "critiquer" deux films asiatiques qui à mon sens ne pourraient exister s'ils n'avaient pas cette distance que nous impose l'Asie.

Le premier que j'évoquerais sera "Poetry" de Lee Chang-dong et le second "Oncle Boonmee" d’Apichatpong Weerasethakul.

 

Pourquoi parler de distance à propos de ces deux films? Simplement (mais c'est toute la nuance) parce que dans les deux cas nous sommes loin des scénari occidentaux et même de l'imagerie du cinéma occidental. Ici traditions et rites, je dirais même Culture, tiennent une place principale dans l'oeuvre presqu'au même titre que certains personnages!

 

Alors commençons par Poetry:

 

C'est un passage difficile dans "l’univers" de Mija, jolie sexagénaire confrontée aux boulversement de son quotidien par la dureté de la vie. Elle va faire face à cela avec dignité en s'aidant de la poésie. Chaque semaine elle se rend à des cours de poésie. Par ce biais le cinéaste nous questionne sur notre rapport au beau, à l'existence, à ce qui nous donne l'envie de vivre ou de mourir. Le réalisateur Lee Chang-dong est capable de faire surgir la beauté là où on ne l’attend pas : la maladie, mais aussi la mort. En effet les première images du film donne à voir le suicide d’une collégienne suite à un viol collectif auquel serait lié le petit-fils de Mija. Yun Jung-hee, l'actrice qui joue Mija, est exceptionnelle de justesse. Dans son role elle perds les mots (elle est atteinte d'alzheimer) mais garde une énergie folle dans ce combat violent pour sauver son petit fils. Le cinéaste est l'ancien ministre de la culture coréenne et il s'intérroge sur le langage au sein de nos sociétés actuelles. Ce mélange de beauté et de violence conjuguées nous interroge sur d'autres formes de cinéma; C'est audacieux! Ce film est magnifique.

 

Oncle Boonmee :

Apichatpong crée un monde où la réalité est filmée comme un rêve, où la nature et le surnaturel reprennent leurs droits. On y croise des fantômes, aux apparences humaines ou animales issues des cultures hindouistes et animistes thaïlandaises. Les animaux ne sont-ils que des animaux, les hommes, que des hommes ? L’oncle Boonmee répond à la question en convoquant ses proches disparus et en revivant ses vies passées. A l’heure de mourir, l’homme verrait-il resurgir en lui ses plus vieux souvenirs, de cette vie ou d'une autre? Ce film quasi expérimental peut paraitre déroutant. Je pense d'ailleurs qu'il l'est. Mais cela-dit, il nous permets de suspendre pendant plus deux deux heures notre rapport au quotidien et souhaite preque nous interroger sur notre inconscient. Certains aimeront, d'autres détesteront....

 

32436

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents