Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


JULIETTE ET LES PONTS

Publié par moeb sur 7 Février 2012, 12:02pm

Catégories : #culture

 

ggreco.jpg

 

 

 

Ce lundi 6 février restera pour moi un souvenir fort de ma vie. Il y a des concerts que l’on partage parfois dans des conditions particulières. On a « peur » et en même temps on offre à l’autre des émotions qu’on sait qu’il ou elle partagera pleinement. On se sent proches, tellement forts et tellement fragiles à la fois.

Puis on sait parce qu’il faut savoir…

J’entre dans la salle du théâtre du Chatelet. Le théâtre est beau, la scène est large grande accueillante. Sur la gauche deux musiciens : Gérard Jouannest (piano) et Jean Louis Martinier (accordéon). Ils jouent l’introduction d’une nouvelle chanson d’une femme de 85 ans (oui aujourd’hui 7 février c’est son anniversaire), libre, amoureuse, belle, émouvante, « terriblement » vivante. Elle entre sur scène vêtue de noir enveloppée dans une robe ample. Elle vient, déjà souriante et généreuse, au centre de la scène. Puis elle chante…mais plus que cela. Dès ses premiers mots elle nous emporte dans sa bulle protectrice, elle nous parle de sa vie, ses vies, notre vie, nos vies. Elle partage, elle échange, elle offre sa générosité, sa force, ses émotions son humour, sa simplicité à traverser la vie malgré les épreuves ou juste comme ça parce qu’elle est là… Souvent en fin de chanson elle envoie un baiser au public.

Sur scène elle s’est entourée de gens (très peu) qu’elle aime. Bien sur, Gérard Jouannest son mari depuis plus de 30 ans puis, ce très bon accordéoniste qu’est Jean Louis Martinier et enfin un autre compagnon de longue date, l’éclairagiste Jacques Rouveyrollis.

Ce soir le répertoire de la grande dame est consacré à la fois à ses nouvelles chansons (l’album : ça se traverse et c’est beau) qui évoquent les ponts de Paris et à d'autres « plus anciennes » mais qu’il m’est difficile de qualifier ainsi; Simplement parce que Juliette Greco y invente des émotions différentes à chaque interprétation. Alors oui, on a un plaisir fou à entendre les textes de Brel, Férré, Gainsbourg, Queneau, Desnos, Carrière et quelques autres et les grandes mélodies de Monsieur Jouannest.

Puis Madame Gréco se moque bien d’avoir son âge. Je me dis qu’elle a raison puisque tant que la mort ne veut pas de nous…Alors oui à 85 ans elle chante « Déshabillez moi » et c’est délicieux...Puis aussi la mort avec « J’arrive » de Brel. Rouveyrollis a d’ailleurs crée de magnifiques éclairages sur cette chanson. Une lumière bleue métallique quand les paroles de la chanson vont vers la mort et une lumière pleine, jaune, quand elles penchent vers la vie.

A la fin du concert j'ai pensé et je crois que je l’ai  vraiment dit ? Il y a des artistes qui aiment la vie et qui nous donne à croire qu’elle est généreuse et il est vrai qu’elle est. Merci à Juliette Greco de nous le rappeler. Longue vie à elle…

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents