Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


HELOISE ROTH : L'ENTRETIEN

Publié par moeb sur 11 Mars 2012, 19:12pm

Catégories : #culture

_MG_6586E--300_36x24-.jpg

 

Le 21 février je rencontre avec plaisir la chanteuse Héloïse Roth dans un petit café parisien, « l’étoile manquante », rue vieille du temple. Oui je sais à coté il ya la rue du temple mais elle est moins vieille (on peut confondre)…bref…La parole à Héloïse.

 

 

Héloïse, la chanson, était-ce une évidence pour toi ?

 

Pas du tout ! (rires). J’ai beaucoup souffert de ma voix et puis je viens d’une famille de saltimbanques et du coup je n'avais juste pas du tout envie de me retrouver dans le métier tout « pourri » de mon père et de ma mère. Donc je me disais que j’aimerai bien faire des études mais j’étais pas très bonne en études. Puis à un moment donné c’est un peu comme Obélix qui tombe dans la marmite. On est dedans puis on ne sait pas pourquoi il y a tout le temps ce truc qui revient. Alors, on se dit que quand même ce serait bien d’essayer mais en même temps on a pas du tout envie d’y aller parce que tout le monde nous dit que "c’est pas possible, parce que c’est un métier super dur". Mes propres parents me le disaient aussi, même s’ils avaient confiance. Alors j’ai beaucoup évité ce métier. Du coup j’ai commencé tard.

A 19 ans j’ai commencé à accepter que j’allais faire quelque chose dans ce sens. Mais ma voix ce n’était pas ça! D’abord, j’ai mis beaucoup de temps avant de parler. Ensuite quand j’ai commencé à parler, bah chanter...C’était compliqué alors, je n’ai pas chanté du tout. Je prenais des cours de chant où je ne chantais pas. Je refusais complètement ma voix et c’est à 19 ans après plein de choses pas très chouettes dans ma vie que je me suis dit : "tu écris des chansons, pourquoi tu ne les chanterais pas?" Mais franchement non ce n’était pas gagné du tout! Non ce n'était pas une évidence.

 

L’inspiration pour tes textes, c’est quoi ?

 

En fait je ne sais pas si je cherche l’inspiration ou s’il y a, comme ça plutôt, une forme très instinctive qui se présente. Tu vois je me dis : « tiens j’ai 2 heures pour travailler » Alors je relis des mots une phrase déjà écrite ou je pars d’une image, d’une gueule dans la rue. C’est très instinctif. Mes chansons ça pourrait être comme des humeurs. Je vais écrire sur une première sensation puis je continue.

 

Est-ce que tu peux t’imaginer simplement musicienne, sans la voix ?

 

Bah oui ! J’ai d’ailleurs de très belles expériences à ce sujet. A mes débuts j’ai composé des musiques de films écrites à partir de scénario sans les images. Je trouve ça très confortable en fait. D’abord parce qu’on ne tourne pas autour de soit et qu’il n’y a  donc pas de pression sur sa partie. Du coup on s’attache à la direction des musiciens. C’est génial de devenir un chef et de dire : « toi tu fais ça…toi tu fais ça… » C’est agréable de regarder les gens travailler pour soi.

 

Qu’est ce qui dans la vie te donne de l’énergie?

 

La Vie…C’est con de dire ça mais : Tout ce qui est du domaine du vivant. Les gens qui décident de se battre, aussi! Parallèlement et très bizarrement ce qui m’aide le plus c’est la mort. J’adore le monde des vivants et j’aimerai bien y rester quand même un petit peu mais j’aime le monde des morts parce que lui aussi est vivant. J’ai l’impression que les morts nous donnent des lignes à suivre, nous donnent des exemples de vie comme des petites touches qui s’accumulent et moi je fais partie de ça. La vie des gens qui ont apporté des choses au monde fait que finalement nous devenons des passeurs. Chacun fait son petit boulot et ça fait qu’aujourd’hui on est là et qu’il y a de la chanson française, des gens qui dessinent, des gens qui écrivent…Du coup la mort me questionne beaucoup et me donne du courage. Je respecte les morts. Prendre conscience de la vie c’est accepter et savoir qu’on va mourir. Il ya des gens qui ont peur de mourir mais là chacun fait comme il peut.

 

            Est-ce que tu te sens des « pères et mères spirituels » ?

 

Assez largement et pas que dans la musique, je dirais oui. Quelqu’un que j’aime beaucoup c’est Arthur H. Au début, particulièrement cette période.

Après je te dirais, mon papa et ma maman. Mon père à travers sa vie d’homme et sa vie d’artiste a donné du sens à la mienne. Ma mère c’est pareil. Après chez les gens du métier je prends des phrases, des mots, des expressions…C’est tout ça que j’ai dans le crâne.

Puis également un écris anonyme de 1687 (je pense ?) me touche particulièrement qui raconte comment il faut voir sa vie. C’est plein de petites phrases très très belles et en même temps très simples. L’auteur dit des choses comme : « tu es aussi important que l’arbre » ou bien « tu as le droit d’être ici présent sur cette terre »…Enfin bref, une philosophie de vie qui m’a aidé dans ma vie. Je suis aussi également très inspiré par le monde du théâtre.

 

            Etre sur scène, c’est quoi pour toi ?

 

C’est le bonheur ! C’est génial d’avoir cette vie la. La scène c’est également l’endroit ou je suis le plus égocentrique et ou j’accepte ça ! J’ai rendez vous avec les gens. Là on m’aime comme je suis. Après c’est aussi beaucoup de plaisir parce que souvent on y est entouré. On raconte des histoires…C’est comme un moment de parole. Mais je suis une grosse traqueuse. Quand je joue le soir, ma vie dans la journée est compliquée (rires). Une fois là, c’est génial. Mais avant il y a une forme de concentration qui fait réagir le corps.

 

            Musicienne ou comédienne ?

 

Musicienne, pas trop en fait. C’est marrant mais « musicienne » je me définie rarement comme ça. J’écris, je compose, je chante mais je me sens plus « simple » que ça. Je suis plus paresseuse que ça. Je ne bosse pas un instrument tous les jours... Je travaille beaucoup avec les autres, j’en suis très dépendante. Amusant mais je n’arrive pas à me définir professionnellement, dire ce que je suis ! Puis comédienne…complètement mais malgré moi. C'est-à-dire à dire que je suis né dans une famille ou on parle beaucoup et assez fort. Ce n’est pas de la démonstration non ce n’est pas ça mais il y a un besoin d’exposition de soi. Moi, j’arrive dans une soirée, il faut que je me présente que je dise bonjour à tout le monde. Les gens dans ce métier s’embrassent et moi je suis né la dedans. C’est très naturel, donc malgré moi. Pour moi c’est facile ce métier parce que je l’aime. Mon métier c’est la chance de pouvoir dire ce que je vois. Je suis comme un transmetteur.

A 6 ans j’ai joué dans un film ou j’étais la fille de mon père…facile (rires)

 

            Qu’est ce qui te parait le plus difficile dans ta vie et le plus beau?

 

Le plus difficile pour moi bizarrement c’est de dire que ce que je fais c’est bien. Savoir se vendre j’ai du mal. Il n’ ya plus vraiment de programmateur, plus de gens qui écoutent alors il faut aller voir certaines personnes et leur dire des choses sur nous notre travaille. Moi vraiment je ne sais pas faire.

Et, ce que je trouve le plus beau dans ce métier c’est l’inverse, c’est la reconnaissance du public, quelqu’un qui reconnait ce qu’on est. C’est pas la gloire et tout le reste, non ça je m’en fou…Quand ce regard du public arrive c’est ce qui nous fait tenir.

 

            Ton plus grand rêve ce serait quoi ?

 

J’ai un rêve magnifique mais qui ne peut pas exister alors…Non je crois que je le vis mon rêve. Je suis très heureuse tous les jours. Je suis fier des gens qui m’entourent, je les trouve beaux je m’aime bien dans cette petite vie et peut être que mon plus grand rêve c’est que quand je meurs, cela ne soit pas grave. En fait mon rêve c’est de continuer à avancer dans la joie. Voir les gens pleurer je trouve ça horrible.

 

 

Là je demande à Héloïse de me poser une question, c’est comme un rituel dans mes entretiens;

 

Comment t’es venue cette énergie, cette volonté à donner le relais à des gens, à les mettre en évidence. C’est quoi l’élément déclencheur ?

 

Ma grand-mère m’a fait partager la musique d’une certaine manière en m’expliquant parfois qui était les chefs d’orchestre. Elle a du sentir que j’aimais ça. Puis j’ai continué tout seul à découvrir la musique, le jazz après mais d’autres genres aussi, puis le théâtre…Puis j’aime le monde des artistes alors j’ai eu envie d’en rencontrer pour partager ce qu’ils m’apportent. Bon alors un scoop c’est que mon musicien préféré est Duke Ellington mais je ne l’interrogerai pas (rires)

 

 

 

 

Pour en savoir un peu plus sur le Monde selon Héloïse, voici un petit lien à suire :

 

www.heloiseroth.com

Commenter cet article

windows live support phone number 05/12/2013 11:22

Nice interview and I am impressed and entertained by the humbleness and good impression the artist has for the people. All I can say is that your sharing is informative and I have suggested this read to my friends too. Good luck in your posting effort.

Héloïse Rôth 11/01/2013 20:19


Merci pour ce bel entretien. Je pense malgré tout, être meilleure à la scène! (Rires) Au plaisir donc, de vous retrouver au théâtre les déchargeurs tous les jeudis à 20h et ce jusqu'au 28 février
2013. http://www.lesdechargeurs.fr/node/2174 


Aussi le lien de cette page: https://vimeo.com/user11202986  vous amènera a un très joli film " La boîte d'Oscar" de Mathieu Guetta. Dans lequel,  j'ai eu le plaisir de participer à la
musique, au jeu et à la décoration. Et juste en-dessous le clip du "morceau titre" de mon album "Prête-moi ta plume". À bientôt. 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents