Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


VOYAGE A TRAVERS LE CINEMA FRANCAIS

Publié par Le BLOG de Fabien LIZE sur 28 Juillet 2017, 21:54pm

Catégories : #culture

Voyage à travers le cinéma français - Film de Bertrand TAVERNIER - 2016

Voyage à travers le cinéma français - Film de Bertrand TAVERNIER - 2016

Voyager à travers le cinéma français c'est ce à quoi nous invite le cinéaste Bertrand TAVERNIER dans son son dernier film datant de 2016. Est ce un documentaire ou un vrai film d'auteur, j'ai mon idée sur la question. Oui c'est un vrai film d'auteur! Je dirai même que c'est un film qui nous permets de prendre de la hauteur. Mais quel est ce voyage au long cours que nous propose le capitaine cinéaste? La trajectoire choisie en est: les films français des années 30 à 70. Le départ a lieu à "Dernier Atout" (de jean Becker) pour une arrivée quelques 3h00 plus tard à "Les choses de la vie" (de Claude Sautet). Entre temps on traverse le "Pays Cinéma" en évoquant des paysages et des villages ou l'intime se mêle au mystérieux (Eric von Stroheim), des villages ou l'homme sait nous toucher par son humanité héroïque et cette sensibilité parfois cachée mais plus que perceptible (Jean Gabin). Dans le même  genre il y a ces lieux ou la roche est solide et à servi à se créer un habitat, un abri (Lino Ventura), puis certains endroits sont plus mystérieux, angoissants et plus bourgeois (Jules Berry).

Il y a bien évidement dans ce paysage cinématographique français, la nostalgie des bords de Marne et de ses rencontres aux guinguettes (Signoret / Regianni...encore Gabin). Bien sur il y a beaucoup d'autres acteurs évoqués dans le Film de Tavernier mais ceux ci ont besoin de réalisateurs pour faire des films, des oeuvres et parfois des chef d'oeuvre. Ces films français, et d'ailleurs tous les films, sont des oeuvres collectives. Pas de bons films sans bons scénario, sans bons réalisateurs, producteurs, compositeurs... Le cinéaste nous le prouve ici en nous donnant une magistrale leçon de cinéma  tel un guide absolument passionné par sa région. Les anecdotes sur chaque film sont amusantes, touchantes voir, cinglantes mais toujours pleines d'humanité. Tavernier raconte le cinéma de son pays tel un conteur. Il captive. Mais surtout il évoque son cinéma, celui avec lequel il a grandi, celui qui est devenu son ami le plus intime, celui qu'il considère (peut être?) comme un frère.

Le cinéma lui a sauvé la vie. Je l'apprend! Lui l'enfant de la guerre a souffert de malnutrition et donc de la maladie. Jeune il a du passer du temps éloigné de ses parents et c'est là, adolescent, qu'il s'est construit grace au cinéma qui l'a immédiatement passionné. Puis la ténacité et l'intelligence du bonhomme à fait le reste. Il est aujourd'hui le grand réalisateur que l'on sait...Mais pas seulement!

Même s'il vous dira que non, c'est également un historien du cinéma émérite qui à l'avantage de faire partie du sérail puisque très jeune il a été journaliste dans ce domaine puis assistant réalisateur. Son film traduit donc admirablement l'évolution du cinéma des années 30 à 70 avec ses grandes personnalités. Melville y est inquiétant autant qu'attachant. Renoir y est présenté comme un un grand personnage du Cinéma français mais également comme un citoyen plus que douteux en période de guerre! Bref, rien n'est caché dans ce film. Tavernier peut se le permettre c'est un humaniste et finir son oeuvre sur les films de Claude Sautet en est une pruve. Sautet aimait le genre humain c'est évident et je pense que Tavernier et lui ont en commun un certain goût pour la France et certaines de ses contradictions. Ce film aux allures de voyages est donc pour moi l'un de plus bel hommage au cinéma français qui puisse exister. J'aurai juste voulu dépasser les années 70 pour savoir ce que Tavernier aurait à nous dire des 3 dernières décennies, parce que l'homme est engagé et qu'il porte un regard saint sur art qu'il protège.

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents