Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


WILHEM LATCHOUMIA : L'ENTRETIEN

Publié par Le BLOG de Fabien LIZE sur 29 Décembre 2016, 17:26pm

Catégories : #culture

Photo de Wilhem LATCHOUMIA par Anthony ARQUIER

Photo de Wilhem LATCHOUMIA par Anthony ARQUIER

En cette fin d'année 2016 je vous propose de lire cet entretien avec le talentueux pianiste Wilhem Latchoumia à qui j'ai eu envie de poser quelques questions suite à la sortie de son superbe album (Falla - Solo pianio works - sur le label la Dolce Volta).

Je reparlerai d'ailleurs de cet enregistrement....

 

 

Vous rappelez vous du moment où vous vous êtes dit que vous pourriez être pianiste?

 

Je me souviens surtout que quand j'étais petit et, on me l'a raconté, j'ai vu un "piano jouet" et que j’ai j'ai dit que je voulais apprendre. Ma mère qui n'avait pas d'idée sur la question a échangé avec l'institutrice qui a pensé que si j'en avais vraiment envie, Il fallait le faire. J'avais 6 ans.

C'est à 18 ans, quelques mois avant le bac que j'ai souhaité devenir un pianiste professionnel.

J'ai tout de même passé mon Bac F4 pour être ingénieur en génie civil.

J'étais accepté dans d'autres écoles pour mes études supérieures mais là, j'ai décidé de changer d'orientation!

Donc j'aurai pu devenir chef de chantier mais je suis devenu pianiste.

 

Quel est votre cursus musical?

 

Alors au début…J’ai fréquenté une MJC puis suite à un déménagement j'ai fréquenté un conservatoire municipal jusqu'à 18 ans. Là c'était déjà plus cadré, il y avait des dictées musicales et le solfège ne s'appliquait pas qu'au piano.

Puis ma famille et moi sommes partis sur Lyon ou j'ai intégré le conservatoire régional puis le CNSM (Conservatoire National Supérieur de Musique) de Lyon.

Je n'ai pas forcement un cursus traditionnel dans le sens où souvent les musiciens classiques ont déjà une base "solide" dès l'enfance. Pour moi tout s'est joué concrètement après le bac.

 

Comment vous préparez vous pour un récital, un série de concerts ou un enregistrement?

 

La préparation pour les concerts est pour moi différente selon les types de répertoires (musique de chambre, création, concerto). Il y a également de plus en plus de thématiques aujourd'hui pour les concerts classiques. Il faut donc prendre en compte un temps pour préparer un programme « en fonction de… ». D'autant que je ne suis pas ce genre de pianistes qui fait tourner le même programme sur 2 ans. D'ailleurs nous sommes de moins en moins à travailler comme cela aujourd'hui. Les festivals imposent souvent des thèmes.

Il faut donc d'organiser en fonction de cela.

Pour les créations cela dépend des compositeurs et de si on les connait ou pas. S'habituer à un langage est parfois compliqué. Souvent je choisis des compositeurs peu évidents, je veux dire pianistiquement parlant (De Falla. Villa Lobos)

 

Dans le même ordre d'idée, comment travaillez-vous une partition?

 

(Wilhem rit) Je commence par la déchiffrer quand c'est possible!

- j'imagine que c'est souvent le cas?

- Oui mais parfois il y a des partitions assez complexes. J'étais il y a quelques temps à la biennale. Il y avait là une pièce de Philippe Cholat, eh bien on ne la déchiffre pas on la travaille directement (rire). Il y a notamment un passage sous 5 portées avec des notes partout, assez impressionnant. C'est comme les études de Ligetti.

Il faut mettre la main à la patte puis le geste pianistique vient par la suite. Après je n'écoute pas forcement les morceaux que je vais jouer ou en tout cas c'est très rare. Je peux le faire si je pense qu'un tempo est bizarre ou qu'il ya une erreur sur une note ou quand les pièces sont imposées. Par exemple hier j'étais en Albanie et il y avait une pièce que je ne connaissais pas "le quatuor de Turina" et, la partition n'arrivait pas alors j'ai écouté ce quatuor.

Par contre je peux écouter d'autres morceaux d'un compositeur mais pas ceux que je vais jouer. Par exemple pour l'album sur la musique de De Falla je n'ai rien écouté avant d'enregistrer. J'avais bien sur entendu bien avant " El amor brujo"

 

Dans votre pratique professionnelle, préférez-vous le récital ou le travail avec orchestre?

 

J'aime varier. En fait quand je fais de la musique de chambre je me dis que je jouerais bien tout seul et quand je joue tout seul, je me dis que je ferais bien de la musique de chambre. Je crois que je cherche un équilibre. Mais pour moi il n'y a pas de formule idéale.

 

Pourquoi avoir choisi d'enregistrer un album su De Falla?

 

Parce que j'ai beaucoup joué la musique espagnole et que je l'aime beaucoup. Parce que j'ai des affinités avec l'Espagne. Garcia Lorca aussi m'a amené à De Falla. J'ai d'ailleurs failli vivre en Espagne.

De Falla est aussi le compositeur qui me semble le plus proche de ses racines et notamment du Flamenco. Puis on m'a proposé à un moment de jouer l'intégrale d'Iberia et puis petit à petit, De Falla s'est dessiné. Au conservatoire de Lyon je jouais déjà la Symphonie Bétique. Mais oui c'est vrai que ce rapport à sa tradition m'intéresse ! C'est aussi pour ça que j'ai fait, il y a quelque temps, un album sur Wagner. Pour l'aspect nordique des choses.

- Bartok aussi était proche de la tradition.

- Oui j'en ai joué beaucoup. D'ailleurs j'ai joué les "noëls roumains" il y a quelques années et je voulais une traduction des parties chantées. J'ai donc demandé à des personnes d'une trentaine d'années sils pouvaient m'aider pour la traduction. Et là j'ai entendu ça : " mais c'est un truc de vieux ça! Ma grand mère l'écoutait il y a déjà longtemps" (rire)

 

Avez- vous des "petits rites" avant une entrée en scène?

 

Non vraiment pas mais j'aime bien avoir une petite bouteille d'eau à proximité.

Je suis concentré mais je ne vais pas boire juste une goutte d'un verre de vin très particulier ou quelque chose de ce genre (sourire)

 

Y'a t-Il des pianistes qui pour vous sont des vrais références?

 

Oui Il y a Nelson Freire, Catherine Collard, Roger Muraro. Puis Il y a des fulgurances comme Martha Argerich, c'est très rare, c’est un cas unique. Mais c'est aussi en fonction des oeuvres. En fait je n'écoute pas beaucoup de piano (rire)

- Vous n'êtes donc pa devenu pianiste parce que vous aviez écouté beaucoup de pianistes?

- Ah pas du tout!

- Vous parliez de Roger Muraro! Il vient d'enregistrer un très bel album sur Liszt mais j'avoue là ma surprise car j'ai en effet réécouter avec un grand plaisir, un compositeur que ne me "Parle" pas forcement habituellement.

- Mais vous savez Liszt écrivait souvent pour Lui. La quantité d'oeuvres qu'il a composé est très importante. Il existe une intégrale des oeuvres de Liszt par Leslie Howard (pianiste britannique) qui doit comporter plus de cinquantes cédés.

 

Vous êtes un musicien "classique" mais auriez vous pû jouer dans un autre registre?

 

J'ai failli faire de la composition. Mais je ne suis pas sur de pouvoir jouer dans un autre style.

Sauf la musique traditionnelle que j'aime particulièrement.

 

WILHEM LATCHOUMIA : L'ENTRETIEN

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents