Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


MARC HAVET : L'ENTRETIEN

Publié par Le BLOG de Fabien LIZE sur 15 Septembre 2016, 22:55pm

Catégories : #culture

Allain Leprest disait parfois : "Je suis le plus connu des chanteurs inconnus". Marc Havet pourrait "boxer" dans cette catégorie. Il est là et bien là depuis déjà quelques décennies. Il partage en artisan un univers drôle et singulier dans la lignée d'une belle tradition de la chanson française qu'il affectionne respectueusement, (Trenet est pour lui l'inventeur de la chanson française moderne) en traçant sa propre voix. Le monsieur a plus d'une vie dans son sac et, j'avais envie de vous le faire découvrir, ou pour ceux qui le connaissent déjà vous faire entrer peut-être un peu plus dans ce qu'il peut avoir d'attachant. Il m'a donc reçu très gentiment chez lui il y a quelques jours et nous sommes entretenus autour de quelques questions préparées en amont. Bien entendu nous avons "débordé", pris quelques chemins de traverse. L'homme est affable et passionné par la musique, sa vie! La version écrite de notre rencontre fait état d'un "vouvoiement" (mes questions étant écrites avant notre échange) mais la réalité est que le tutoiement s'est imposé rapidement. L'homme est direct et franc! Voici donc le reflet de ce "chouette" partage avec un chanteur exigeant qui aime les autres.

 

 

 

Voyez vous des points communs entre l'architecture (Marc Havet est également architecte) et la chanson puisqu'il s'agit de 2 domaines que vous connaissez particulièrement bien?

Oui! Dans le sens où je "construis" des chansons. Je fais un plan, comme on dit. Certaines personnes avec qui j'ai coécrit des textes se disent poètes et s'embarquent tout de suite dans des belles phrases... Alors oui c'est bien mais pour aller où? C'est comme en architecture, lorsque tu crées un espace tu peux spontanément avoir envie d'y planter un bel arbre mais c'est parfois hors sujet. Donc j'ai besoin de structurer.

Wagner, oui je sais la comparaison est fumeuse, prenait une feuille et faisait des flèches d'un personnage à l'autre avec des annotations (là marc prend un papier et me dessine ce qu'il évoque). Je ne reproche pas à ceux qui sont plus "spontanés" dans l'écriture de l'être mais moi c'est pas mon truc. Le fil de la plume ce n'est pas ma démarche. Pour ma part j'ai un vrai plaisir à travailler mes chansons comme des puzzles dont les pièces s'emboiteraient parfaitement.

Où et comment avez vous écrit votre première chanson?

La première chanson était une "provoc totale" elle s'intitulait : Super Messrine. C'était en 1980, époque ou j'ai crée le Magique (petit cabaret crée par Marc et Martine, sa compagne). J'ai toujours été musicien mais écrire des textes c'était compliqué pour moi parce que, tant que Brassens, Brel, Ferré, Trenet et 2 ou 3 autres n'étaient pas quasiment à la retraite, à la retraite ou morts, je n'osais pas écrire une ligne. A chaque fois je me disais :"oh bah oui Brel il a déjà du dire ça..." ou "Brassens oui c'est sur il a écrit sur ce sujet..." ou "Trenet a déjà du la faire..." Bref ça me rendait complètement con. Il a fallu que j'attende qu'ils soient morts ou qu'ils ne chantent quasiment plus, c'est à dire dans les années 80-90. Et là ça a été une libération totale. J'ai donc osé parce que je n'avais plus peur des grands aînés qui me rendaient stérile. C'est amusant, non?

Vous jouez du piano mais auriez vous ou souhaité être un "pianiste professionnel"?

C'est ce que fait mon fils. Il est pianiste professionnel. Moi je ne me suis pas assez entrainé étant jeune pour faire ça même si j'ai fait du jazz de façon suivi dès l'adolescence. Je ne sous estime pas mes accompagnements pianistiques mais je pense que cela aurait été difficile pour moi d'être, par exemple, accompagnateur de chanteur. C'est presque un boulot d'O.S. (Il sourit) Mais je regrette aujourd'hui que souvent dans les petites salles il n y ai plus de piano. Au "magique" il y en a un. C'était indispensable pour moi puisque dans cette petite salle nous accueillons des artistes dont certains s'accompagnent avec cet instrument.

D'où vous viens l'inspiration pour vos textes?

Bah... mes colères. Chaque fois que je suis en colère et, je suis souvent en colère, j'écris une chanson. C'est comme une thérapie pour moi. Quand j'écoute la radio, je trouve souvent un sujet, ça ne manque pas. Alors j'essaye de faire rire ou sourire avec ces thèmes de la société moderne, l'humour étant selon la formule consacrée: la politesse du désespoir. Mais tu sais j'écris aussi des chansons plus intimistes (sourire). J'aime passer du rire à l'émotion. C'est comme une énergie que tu peux transmettre. Il y avait ça aussi chez Charles Trenet.

Que pensez-vous de la chanson actuelle et qui appréciez vous?

Je peux apprécier certains artistes comme Roucaute ou Manu Galure mais j'avoue que je ne m'y retrouve pas totalement dans l'écriture. Par exemple quand un chanteur répète 40 fois la même chose dans une chanson, j'ai envie de lui dire: "c'est bon on a compris".

Considérez vous être un auteur engagé?

Je ne sais pas si on peut dire ça. J'observe surtout la société. Mes chansons sont originales dans la forme oui ça je peux le dire sans fausse modestie. Après, on aime ou on n’aime pas mais je revendique ça plus que l'engagement.

Pourquoi avoir créé "le magique", votre salle de spectacle dans le 14ème arrondissement?

C'est un peu parti sur un coup de tête avec des copains et ma compagne. Il existait des lieux où nous nous rendions pour écouter de la musique et de la chanson puis nous avons eu envie de créer le notre. C'était au départ une idée folle d'autant qu'à cette époque ce type de lieu avait plutôt tendance à disparaitre. Pour nous l'aventure dure déjà depuis 36 ans. J'y ai beaucoup chanté mes propres chansons. Au début, au milieu d'autres, de Boris Vian, par exemple. Aujourd'hui encore mais moins...Je ne veux pas donner au public l'impression qu'au Magique il n’y a que Marc Havet qui chante. Puis ne pas chanter là donne du temps pour se produire ailleurs, aller vers la province quand c'est possible.

Lorsque vous êtes sur scène à quoi pensez-vous?

Brel disait après dix ans de tournée presque en continu : « si je sens que lorsque je commence à chanter, je pense déjà à la chanson d’après, alors je devrais m’arrêter ». Je n’en suis pas là mais ça me sert de leçon. Non pour moi c'est le doute absolu ! Je me dis « ça va être le bide…qu’est ce que je vais leur chanter, si ça trouve ça va pas les intéresser » Heureusement ça ne dure pas..! Dès les premières 30 secondes de scènes j’oubli déjà tout ça.

Qu’attendez-vous d'un public?

Certainement qu'il soit en phase avec moi? Ça pourrait être la fameuse phrase de Bécaud : "Ce soir le public a du talent". En fait le public et le chanteur c'est parfois comme une partie de ping-pong. J'attends d'un public qu'il soit là quand je chante (Il rit). Je ne veux pas chanter que devant des publics anarchistes. La question pourrait être plutôt ce que j'attend de moi même. Si je pense que mes chansons sont réussies je peux les proposer "honnêtement" au public avec lequel je suis exigeant. Par contre je ne sais pas faire des chansons qui ne plairaient qu'au public sans me plaire à moi. Puis d'ailleurs ce n'est pas envisageable.

Si vous aviez à vous définir, vous diriez quoi de vous?

Je ne sais pas qui je suis mais je sais qui je veux être. Je veux être ce personnage que je ne suis pas mais que je tends à être. Je le dis dans plusieurs chansons. Je veux surmonter tout ça m’en sortir par l’humour, donner du plaisir …. « que ma joie demeure » (il sourit) J’ai une quête qui serait celle du plaisir. Je veux faire rire les gens, leur donner du plaisir. Mais dans la vie courante je n’ai pas d’humour. D’ailleurs tu as du le remarquer. L’humour ça se travaille.

Comme à mon habitude, je demande à la personne que j’interroge de me poser une question. Voici celle de Marc.

 

Fabien, tu connais bien la chanson française mais comment es tu arrivé vers elle ?

Quand j’étais petit au-delà du chant j’adorais les voix et j’essayais d’imiter les gens. Puis j’ai écouter du jazz et j’ai aimé les grands chanteurs américains…Ce n’est qu’au collège que j’ai commencé à écouter de la chanson française mais vers 16 ans. Puis là certains textes m’ont « scotché » et j’ai été voir d’autres chanteurs puis petit à petit j’ai cherché, creusé, fouillé…

Marc commente : C’est là ou je voulais en venir ! Ta génération au contraire de la mienne est venu à la chanson française (quand c’est le cas) après avoir écouté les musiques anglo-saxonnes. C’est ce qui fait je crois cette différence dans l’écriture des jeunes d’aujourd’hui mais pour moi c’est notable.

Je vous propose de terminer en écoutant quelques chansons de Monsieur Havet vous allez aimer c’est sur !

https://youtu.be/94kL5WQu8w8

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents