Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


ALDO, MOZART ET LES SONATES

Publié par Le BLOG de Fabien LIZE sur 9 Avril 2016, 10:12am

Catégories : #culture

C.D. Mozart alla turca
C.D. Mozart alla turca

En 2011 Aldo Ciccolini a 85 ans et une immense carrière derrière lui. C'est à cet âge respectable que le grand maître décide de faire confiance à Michael Adda créateur du label "la dolce volta". Ce sera leur première enregistrement commun (ils en produiront 3).

Michael Adda dit de ce premier enregistrement qu'il pourrait être son préféré parmi tous ceux qu'il a produit pour son label (une trentaine à ce jour).

C'est pour lui l'album fondateur de sa "maison de disques"! (voir mon entretien avec Michael Adda http://www.monclubculture.com/2015/07/michael-adda-l-entretien.html).

Le pianiste y interprète un programme "Mozartien" avec une élégance et un recueillement exemplaire. J'ai dit, déjà, sur ce blog que je n'étais pas forcement "fou" de Mozart mais je vois bien ou plutôt j'entend bien que tout dépend de l'interprète. Là, à l'écoute de cet enregistrement, je me sens transporté. La technique de l'interprète n'existe plus, ses notes racontent chacune une histoire. C'est d'ailleurs ce que disait Aldo Ciccolini lors d'un récital ou d'un enregistrement: il expliquait que lorsqu'il jouait, au delà de la partition, il imaginait un scénario à chaque morceau. C'est "palpable" ici. Le dialogue entre la musique et nous est en marche. Puis il y a autre chose... qui s'apparente à une forme de grâce et qui nous rend cette musique presque charnelle. Mais ce qui encore plus excitant c'est que je suis certain que chaque auditeur de cet enregistrement pourrait y entendre des histoires différentes mais extraordinairement belles, comme des petits contes.

La grande particularité de cet album, c'est son lieu d'enregistrement, une petite église parisienne. Qui connait un peu Mozart sait qu'il n'avait pas vraiment un tempérament de mystique et pourtant cela permet une ouverture sur des sonorité qui mettent en évidence le coté peut être insoupçonné d'un Mozart qui pourrait être proche de Bach. Le piano, un Bechstein, est aussi merveilleusement préparé. Alors Aldo s'amuse tel un adolescent génial (ce qu'était Mozart) à nous délivrer avec malice, beauté et force les "ambivalences" de la musique du compositeur: légèreté, mélancolie, joie et parfois tristesse mais le tout sublimé par une force de vie extraordinaire, celle du compositeur mais aussi celle de son interprète présent!

Ces 3 sonates sont un enchantement à réécouter en boucle pour y découvrir chaque fois l'immense talent d'Aldo qui disait que Mozart lui semblait plus "latin" que ce que l'on pouvait prétendre....

Commenter cet article

lize 11/04/2016 10:43

tout à fait d'accord j'aime beaucoup la 3ème sonate on sautille

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents