Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabien Lizé

Le blog de Fabien Lizé

Page ou j'échange sur mes goûts dans différents domaines (Musique, Théâtre, Littérature) et où je m'entretiens avec certains artistes.


LE PRISONNIER DU CHATEAU D'IF

Publié par Le BLOG de Fabien LIZE sur 10 Mars 2015, 21:59pm

Catégories : #culture

LE PRISONNIER DU CHATEAU D'IF

Qu'avez vous fait samedi dernier à 20h30 ?

J'ai envie de répondre que j'ai passé une partie de ma soirée en prison. Mais attention pas n'importe laquelle. Non il s'agissait des geôles du Château d'If.

Gabriel LABORDE a eu la bonne (très bonne!) idée d'adapter le Comte de Monte Cristo, l'oeuvre de DUMAS, au théâtre. Son parti pris est de ne traiter que la partie qui concerne le rapport, en cellule, des 2 prisonniers Edmond DANTES et l'abbé FARIA. Nous sommes en 1815. Ces deux hommes sont là, enfermés alors qu'ils ne devraient pas y être. l'un, DANTES, est considéré à tort comme un conspirateur Bonapartiste, l'autre, FARIA, aurait commis un crime politique. L'abbé est ici depuis de longues années, Edmond depuis "seulement" 17 mois. Au début de la pièce les 2 prisonniers ne se connaissent pas. Ils vivent là ou plutôt survivent avec pour seule visite celle d'un geôlier peu aimable et d'un fonctionnaire d'état qui viennent vérifier que leur besoin rudimentaires sont satisfaits. On pourrait penser qu'ils n'attendent que leur mort. Le temps passe. DANTES s'enferme dans sa solitude et pense qu'il ne reverra jamais l'extérieur alors que FARIA pourtant beaucoup plus âgé songe à s'échapper. C'est vraiment là que débute la pièce ou en tout cas que son sujet (ses sujets) se posent, s'imposent. Oui car l'abbé rate son évasion et se retrouve malencontreusement dans le cachot de son voisin Edmond. Après la prise de connaissance drôle et en même temps un peu brutale, voire surprenante des 2 personnages, va se tisser un lien fort, fraternel emprunt de bienveillance et de respect. L'un et l'autre vont se nourrir de leurs forces et de leurs faiblesse pour garder intacte un espoir intime face à l'enfermement. L'abbé, homme érudit, va tout apprendre à Edmond. Edmond quant à lui va donner sa loyauté, la force de sa jeunesse, son honnêteté à l'abbé et le soutiendra jusqu'à la mort. Mort qui sonnera la liberté d'Edmond!

Gabriel LABORDE dans le rôle d'Edmond DANTES montre la subtilité d'un jeu ou s'expriment des sentiments contraires. Le personnages est loyale. Sur scène l'acteur nous montre cela: une sensibilité particulière et en même temps une force que l'on connait pas puisqu'il est en prison mais qui évoque sa vie de Marin. Il est également vrai lorsqu'il soutient l'abbé dans sa maladie. On croit à son passé avant l'entrée au château et on imagine aussi la vengeance "sereine" qu'il mènera après contre les conspirateurs qui l'ont envoyé ici.

L'abbé FARIA est joué par Thibaut TRUFFERT. Le comédien campe un personnage âgé, très intelligent, malin, lui aussi sensible et humain. Thibaut TRUFFERT est attachant et prenant dans le rôle de ce personnage dont le dernier bonheur sera de partager son (ses) savoir(s) et d'avoir l'impression de trouver un fils en la personne d'Edmond. Cet homme qui lutte lui aussi pour sa et la liberté est particulièrement convaincant en la personne du jeune comédien.

Reste 2 personnages importants dans cette pièce. Ceux ci nous ramènent à la réalité historique de cette période troublée. Ils sont les seuls à connaitre l'extérieur mais sont aussi (dans cette proposition de mise en scène) quelque part également prisonniers...de leurs idées, d'une vie peu heureuse...

Guy Bourgeois joue donc ici un geôlier que tout le monde pourrait imaginer comme cela dans un roman historique. Lui aussi est parfaitement crédible dans le rôle. Il est inquiétant, alcoolique, relativement méchant mais fini par changer avec le temps. Le personnage comprend qu'une page se tourne, qu'une époque se termine et en a peut être assez de voir des prisonniers mourir. Il semble blasé mais sa psychologie est bien plus complexe. Le comédien nous laisse penser que ce geôlier à quelques secrets, qu'il porte une histoire, d'ailleurs il boite et est particulièrement voûté.

Le dernier personnage est un inspecteur payé par l'Etat qui visite de temps en temps les geôles du château d'If pour "demander" aux prisonniers si "tout va bien"! Il tente d'être bienveillant envers les personnes qu'il visite mais, on voit bien qu'il n'y croit pas. Le personnage sait que de toute façon, pour ces prisonniers il n' y a pas d'espoir, pas d'issue. Puis surtout son regard est extérieur, il ne fait que passer de temps en temps. Le comédien Jean-Philippe MAS montre bien cela, cette ambiguïté liée au fait que l'inspecteur est préoccupé par les changements politiques et un affaiblissement de sa santé plus que par l'état et le minimum de "confort" des prisonniers.

Ce que montre la pièce c'est que l'enfermement n'est pas que physique et concret. Il peut aussi être en lien avec des postures, un mode de vie. La mise en scène même si elle présente l'histoire des 2 personnages principaux, nous interroge aussi sur le sort des autres personnages et quelque part aussi sur leur enfermement possible. La mise en scène de Charlotte FOREST nous propose aussi de vivre cette prison presque de l'intérieur. Le théâtre est petit, nous sommes proches de la scène et lorsque le geôlier et l'inspecteur interviennent, ils arrivent derrière les spectateurs pour ouvrir les geôles sur scène. Lespace est habité. On se sent en proximité à la fois avec le lieu et les personnages.

Un seul regret...Nous n'étions à mon goût pas assez de prisonniers dans la salle ce soir là!

La pièce se joue jusqu'au 12 avril au théâtre du temps (Paris 11ème -Rue Morvan)...Alors allez y!

L'abbé FARIA et Edmond DANTES

L'abbé FARIA et Edmond DANTES

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents